Art-thérapeutes & Danseurs

Conscience corporelle | Ouverture de l'imaginaire | Développement personnel

Au début du 20ème siècle une révolution a lieu dans l’art de la danse quand l’accent se déplace de l’aspect technique virtuose du mouvement vers une utilisation comme forme d’expression émotionnelle. A cette révolution participent des danseurs. Le message que ces artistes apportent au monde touche à l’importance de l’expression corporelle, à la liberté de l’expression émotionnelle, et à la place de l’individu dans la société. Les principaux danseurs sont Isadora Duncan et Mary Wigman, les pionnières de la danse expressive en Europe, Maurice Béjart, qui a fait une philosophique de la danse à travers l’interprétation et le rôle du danseur dans la société, et Marta Graham dont l’enseignement et les chorégraphies restent toujours actuels. C’est dans ce contexte historique, artistique, et social qu’émerge la thérapie par la danse et le mouvement.

Connaître son corps, le regarder avec cette vision intérieure de l'oeil du corps, savoir exactement pourquoi je suis là, pourquoi je vais, pourquoi je stoppe, pourquoi tel bras fait tel geste.
Maurice Béjart

Pour les pionnières, Marian Chace, Mary Whitehouse, Trudi Schoop, Blanche Evan et Irmgard Bartenieff, la relation entre le corps et l’esprit, la place des émotions, le besoin d’expression, ainsi que la place de la danse dans la société, sont au cœur de l’impulsion de l’utilisation du mouvement comme outil thérapeutique. Chacune a développé une approche thérapeutique et des outils de travail qui aujourd’hui forment le socle de la thérapie par la danse et le mouvement. Les danseuses qui les ont suivi se sont ouvertes à différents courants de la psychologie pour mettre des mots sur ce qui était avant tout une pratique, ont élaboré des programmes de formation à des fins de transmission et d’institutionnalisation. Il en est résulté une publication de cas cliniques et des échanges entre praticiens qui ont fait surgir de nouvelles questions. Restait donc à faire pour cette troisième génération, à laquelle nous appartenons, l’effort de conceptualiser les présupposés de base des pionnières : le corps et l’esprit sont liés, le mouvement peur être utilisé comme outil thérapeutique, le mouvement est une expression de l’individu.

L’aspect créatif de la danse, dans son utilisation psychothérapeutique, propose un cadre sécurisé pour explorer et observer les émotions, tout en sensibilisant l’individu aux relations entre le ressenti intérieur et son expression extérieure. L’aspect artistique de la danse thérapie ouvre la pratique à de nombreuses formes d’interventions, permettant au thérapeute de s’adapter à différents cadres et pathologies. Le choix de la forme d’accompagnement se crée au cours du développement de la relation thérapeutique, laissant au thérapeute le temps et la liberté de s’ajuster aux besoins et au niveau d’expression disponible de l’individu. La thérapie devient un travail commun de découverte du monde intérieur du patient, de ses schémas relationnels, et de son approche de l’environnement.

Dans la clinique, l’individu et l’expérience personnelle sont au centre du processus, et donc le thérapeute travaille avec les schémas corporels existants plutôt qu’avec des formes stylisées de danse comme le ballet ou les danses traditionnelles. La structure établie dans le cadre des séances devrait premièrement être rassurante et encourageante, le mouvement est perçu comme une expérience libératrice.